The best about Textiles by belovedlinens.net

LE DESSINATEUR
POUR  LES
FABRIQUES
D'ETOFFES   D'OR,   D'ARGENT ET  DE  SOIE


Avec la Traduction de six Tables raisonnées ,
tirées de I'Abecedario Pittorico ,
imprimé à Naples en1733.

Par M. JOUBERT  DE   L'HlBERDERlE.
A   PARIS,
SÉBASTIEN  Jorry , rue & vis - à - vis   de la    Comédie Française.
Bauche , Quai des Augustins ,BROCAS rue Saint  Jacques, au Chef Saint Jean
M.   DCC LXV.
                 Avec Approbation & Privilège du Roi

E P I T R E
A MON AMI,
M. DE FREMINVILLE,
TRÉSORIER GÉNÉRAL de l'Hôtel royal des Invalides.


QUOIQUE vous ne doutiez pas, mon cher FREMINVLLE
, des sentimens d'amitié & d'attachement que j'ai
pour vous, je veux les rendre publics aujourd'hui & les immortaliser,
il se peut, en vous dédiant cet Ouvrage.
Que d'autres employent le langage de la flatterie,
& ces termes de la protection , si souvent usités dans les Epures dèdicatoires :
pour moi dont le cœur vous est connu, qui suis sans prétention,
qui n'aspire qu'au plaisir d'être toujours votre ami,
je ne parle que le langage de l'amitié; j'évite jusqu'à votre éloge
qui paraitrait suspect dans la bouche d'un ami.
Je renvoye mon Lecteur aux marques de confiance d'un Ministre éclairé
qui met entre vos mains cette partie de la finance si honorable
a l'Etat,si présieusè à l'humanité. Je le renvoye à votre famille
, à vos amis, à vos connaissances : la tendre affection
d'une Epouse aimable & vertueuse le confiant attachement,
de ceux qui vous sont unis par les liens du sang & de l'amitié,
l'estime générale de tous ceux qui vous connaissent : voilà mon cher
FREMINVILLE le plus certain , le plus complet & le plus flatteur de tous les éloges.
Ne voulant suivre que les mouvemens de mon cœur c'estdonc à vous
que je fais hommage de mon Livre ; à vous, mon ami dans tous les temps ;
à vous mon ami dans tou­tes les circonstances & qui etes pour moi
l'homme que Diogene cherchait, & que j'ai trouvé. L'époque où cet écrit va paraître,
est d'un heureux augure pour le futur de l'ouvrage : c'est le moment où
vous allez commencer à répandre les bienfaits du plus grand
des Monarques sur ces victimes illustres qui ont défendu l'Etat & versé leur sang
pour la Patrie Daignez donc agréer , cher FREMINVILLE,
l'offre que je vous fais de mes faibles talens , comme un hommage
rendu à l'amitié la plus tendre: qu'ils resserrent,
s'il se peut, des nœuds formes fous d'heureux auspices ,
& qui ont déjà parsemè de fleurs les lieux que nous avons habités ,
& répandu mille douceurs fur le cours de ma vie,
C'est avec ces sentimens que je suis & serai toujours
lebon & fidèle ami de mon cher Freminville

JOUBERT  DE L'HiBERDERlE

NEXT PAGE

 
@belovedlinens.net
A textile lover's diary